S’autoriser à être soi-même : les étapes de mon parcours

DATE

14 janvier 2018

CATÉGORIE

lifestyle

Les 3 étapes vers l'acceptation de soi

Suite à vos nombreux messages, très positifs, après la publication de mon article sur ma décision d’assumer pleinement mon tempérament introverti et d’en faire une force, j’ai eu envie de vous parler de mon parcours vers l’acceptation de soi. Avoir le courage d’être soi-même malgré le regard des autres est loin d’être chose facile.

 

S’autoriser à être soi-même : mon parcours

 

Je ne prétends pas avoir la solution miracle, ni que ce soit facile d’arriver à être soi-même (loin de là). Je souhaite juste partager avec vous, un bout de mon histoire. Ce n’est qu’à 28 ans que « le déclic » est vraiment apparu. Ce déclic a été le fruit d’un long chemin difficile, d’un réel parcours parfois conscient, parfois inconscient où le manque d’estime de soi a joué un rôle important et où l’Autre  a été complètement partie prenante.

 

Ces petites différences qui dérangent

D’aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours sentie différente. J’ai un rapport aux autres, au monde et à moi-même, assez éloigné des codes prônés par la société. Je préfère compter mes amis sur les doigts de ma main plutôt que d’en avoir pleins. J’aime avoir des discussions profondes, refaire le monde et parler de sujets qui me passionnent, plutôt que de parler de la pluie et du beau temps. D’ailleurs, je parle assez peu. Je ne cours pas après une vie qui doit être remplie à ras bord d’activité en tout genre. Je cherche une certaine qualité de relations avec les autres, j’aspire à une certaine tranquillité et à une vie construite autour de petits comités.

 

Sauf que ces différences, j’ai essayé de les cacher, de les camoufler. Le comble dans tout ça, c’est que plus j’essayais de cacher ma discrétion et mon tempérament, plus mon comportement sonnait faux. Ce que je considérais comme des « défauts » ressortaient aux yeux de tous de manière criante ! Cela a occasionné des remarques pas très sympas à mon égard, qui n’ont pas été constructives et difficiles à avaler sur mon physique mais aussi sur mon tempérament.

 

La colère et les erreurs

 

Une fois, une dame qui connaissait ma mère m’a demandé mon âge en pleine rue, ne m’a pas cru et m’a ri au nez ouvertement parce que j’avais le visage d’une enfant et non d’une femme de 26 ans. Une autre fois, un collègue de fac m’a traité de nulle devant toute ma classe parce que j’avais été trop discrète lors d’un travail de groupe. Quand j’ai eu le malheur de porter un col roulé un peu moulant en amphi, une fille est venue me voir pour me dire qu’elle était étonnée de voir que j’avais du ventre.

 

Il n’y a pas si longtemps, une coiffeuse n’a pas arrêté de me faire des réflexions désobligeantes sur mes cheveux métissés et épais, parce qu’elle ne savait pas comment les coiffer ! Un jour, en prenant l’avion, un employé de l’aéroport qui contrôlait mon billet m’a dit que les mineurs devaient voyager accompagné (alors qu’il avait mon passeport dans les mains avec ma date de naissance dessus) et récemment on a même demandé à mon mari si j’étais mineur avant d’embarquer dans l’avion !

 

Je ne compte pas le nombre de fois, où des collègues, des inconnus, des profs ont été maladroit avec moi et m’ont braqué pour le simple fait que j’étais différente : trop discrète, trop réservée, trop jeune, trop enfant, trop sensible et j’en passe !

 

Avec le recul chacune de ces situations peut paraître insignifiante, rigolote ou anecdotique. Mais quand vous les vivez pour la première fois, ça vous marque ! Il est le plus souvent ressorti énormément de colère et beaucoup d’incompréhension. Etant introvertie et d’un naturel sensible, je n’avais pas la répartie nécessaire pour pouvoir y faire face sur le coup.

 

Cette colère m’a poussé à vouloir me changer complètement. Couper mes cheveux pour paraître plus vieille. Porter des talons pour paraître plus femme. Cacher mon petit ventre pour paraître mince. Lisser mes cheveux pour qu’il soit dans « la norme » et essayer d’être plus extravertie. Tous ces changements ont été vains, puisqu’en plus de sonner faux, cela ne pas rendue plus heureuse.

 

Le déclic et la détermination

 

Après avoir passé presque 2 ans a essayé d’être quelqu’un d’autre, sans y parvenir, un début de prise de conscience a pointé le bout de son nez. Mon constat était simple : plus j’essayais de renier ma vraie nature, plus elle s’affirmait comme des défauts aux yeux des autres, plus mon comportement sonnait faux.

 

J’ai alors commencé à m’intéresser à la thématique du développement personnel (à travers des livres et quelques vidéos youtube sur le sujet). J’ai compris qu’il m’était nécessaire de prendre le taureau par les cornes. J’ai décidé d’en apprendre plus sur le sujet pour pouvoir démêler mes maux.

 

En réalité je n’ai pas eu un, mais plusieurs déclics, qui se sont amorcés un peu comme les écrous d’une machine que se mettait en route. Ma « mise en route » a été progressive, comme si mon machinisme intérieur était un peu rouillé. Les premiers efforts ont été difficiles. Il y a eu des hauts et des bas. Aujourd’hui, je considère que j’ai accompli un bon bout du chemin vers ma « paix intérieure » mais je ne suis pas encore arrivée jusqu’au bout. En tout cas je le sais, je suis sur la bonne voie.

 

J’ai commencé par des acceptations progressives en prenant chaque problématique séparément et à bras le corps. J’ai gravi une marche après l’autre.

 

En premier lieu j’ai décidé d’apprendre à aimer la vraie nature de mes cheveux. Je les ai détestés pendant des années et j’ai appris à les aimer. Une collègue m’a d’ailleurs fait une réflexion un matin en me disant «oh, mais tu t’es pris la pluie avant de venir ? Tu es toute frisée… ». Et là, j’ai su que quelque chose avait changé en moi. Je n’étais pas en colère, je n’ai pas mal pris sa réflexion. J’étais en paix avec moi-même et avec ma démarche et je lui ai répondu calmement et sincèrement : « J’ai décidé que 2017 serait l’année où j’assumerai mes boucles, donc je laisse mes cheveux au naturel ». Et elle m’a répondu : « Ah mais c’est très bien, ils sont beaux tes cheveux comme ça. Ça te va bien ! ».

 

A LIRE AUSSI : Comment j’ai appris à aimer mes cheveux bouclés

 

J’ai ensuite arrêté de vouloir paraître plus vieille. Fini les journées à avoir mal aux pieds dans des talons. Terminé les tenues de femme mature qui détonaient avec mon apparence (un véritable déguisement). Adieu les allers-retours chez le coiffeur pour avoir les cheveux courts. J’ai appris à m’écouter et je me suis autorisée à être moi-même : cette jeune femme à qui on ne peut pas donner d’âge. J’aime porter des jeans et des converses. Je suis très attachée à mes cheveux longs. Je suis petite et je ne peux rien y changer alors autant embrasser cette différence. Désormais quand la question de mon âge se pose : je prends les devants et je mets de suite sur le tapis le fait de paraître plus jeune et la difficulté pour les autres de me donner un âge, avec un grand sourire et un soupçon de rigolade.

Cette histoire de « paraître plus jeune », je vais devoir continuer à y faire face, mais je le ferais la tête haute. Cela fera certainement l’objet d’un prochain article.

 

Mon côté introverti, j’ai envie de l’assumer pleinement, sans crainte. Je suis maintenant convaincue, qu’être discrète et réservée peut être une force. On peut être soi-même dans une société qui idéalise l’extraversion. Il est possible de trouver un équilibre dans ce monde qui parle trop.

A LIRE AUSSI : le nouveau départ de ma vie d’introvertie

 

Mon bilan à mi-parcours

 

En m’autorisant à être enfin moi-même, je me suis armée pour assumer mes différences et mon tempérament envers les autres. Je me sens libre d’être qui je suis et paradoxalement, j’ai l’impression qu’en m’acceptant moi-même, le regard des autres est plus bienveillant à mon égard.

 

Albert Camus disait : « Etre différent n’est ni une bonne ni une mauvaise chose. Cela signifie simplement que vous êtes assez courageux pour être vous-même ».

 

Me voilà prête et déterminée : mes différences sont une force. Il est possible de s’adapter au regard de la société sans se renier.  Entrée dans le chemin de l’acceptation de soi est une vraie libération. Ce chemin a été long et semé d’embûches. J’apprends chaque jour à me faire confiance, à croire en moi et à écouter ma petite voix intérieure.

 

Je n’ai pas de formule magique à vous proposer. Je voulais juste vous faire part du chemin que j’ai parcouru jusque-là et j’espère que cet article pourra être utile à certains d’entre vous.

 

Soyons fière de qui nous sommes et de nos différences ! Il serait vraiment bien triste de vivre dans un monde complètement uniforme non ?

Les 3 étapes pour aller vers l'acceptation de soi

La photo qui illustre l’article a été prise par mon mari et éditée par mes soins.

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bises, Lily

14 thoughts on “S’autoriser à être soi-même : les étapes de mon parcours”

  1. Serena dit :

    Hello ma jolie,
    Oh ton article me touche tellement ! J’essaie de suivre le même chemin que toi mais c’est tellement compliqué car la société nous juge et nous fait croire qu’on devrait peut être être comme ci ou comme ça alors qu’en fait non, ça ne nous ressemble pas…
    Je t’envoie plein de bisous et je remercie pour cet article qui me fait réfléchir ! Oh et la citation de Camus, ça me parle énormément, forcément ! <3

    1. lily dit :

      Coucou Serena ! C’est ton petit mot que touche énormément ma belle <3 Je te rejoins totalement, ce chemin est long et difficile. ça prend du temps c'est sûr mais il faut persévérer et ne pas se laisser décourager. Moi je l'ai vécu comme une deuxième naissance. Etre en paix avec qui l'on est c'est le début du chemin vers le bonheur. Je te souhaite de t'engager dans ce même cheminement que moi. Le jeu en vaut la chandelle 😉
      Gros bisous

  2. Mara dit :

    Coucou ma belle, ton post me touche et me parle beaucoup, pour des raisons différentes mais au final j’ai ressenti la même chose : cette colère qui parfois nous pousse à vouloir changer, mais tu as raison, il faut savoir s’aimer, apprendre à le faire tout doucement, être fière de qui on est et laisser parler les gens qui n’ont rien de mieux à faire que de critiquer (surtout que la grande majorité du temps, les gens qui réagissent comme ça ont un gros pb de confiance en eux et/ou de maturité). Tu ne fais pas du tout enfant, tu es une femme belle et féminine, et tu as bien raison de t’affirmer! des bisous ma douce <3

    1. lily dit :

      Coucou ma douce !
      Ton petit mot me va droit au coeur <3 Merci !
      Tu es toi aussi une femme merveilleuse qui respire la joie de vivre ! Tes photos de voyage sur Instagram me font toujours rêver et sont très inspirantes !
      Je te rejoins sur toute la ligne. Aujourd'hui ma colère s'est envolée et je suis heureuse d'être enfin en paix avec qui je suis. C'est par là que commence le chemin vers le bonheur...
      Gros bisous ma douce 3

  3. Coucou ma belle Lily !
    Ton post est très émouvant c’est vrai qu’on nous pousse à changer mais à vouloir s’assumer on nous laisse vraiment en paix !
    Les gens se permettent de dire tout et n’importe quoi c’est vraiment abusé ! Ça m’arrive de me prendre vraiment la tete aussi mais j’essaye de pas y penser !
    Bisous ma douce <3

    1. lily dit :

      Hello ma belle Mervé !
      Merci pour ton message très positif qui me pousse à continuer dans cette voie.
      Tu as totalement raison, il ne faut pas prêter attention à ce que les gens peuvent dire parfois !
      Gros bisous ma belle !

  4. Fj beauty dit :

    Wouah ton article me touche beaucoup et je me retrouve énormément dans le fait d’être introvertie et de se sentir différente des autres mais aujourd’hui je pense tout comme toi que c’est une grande force , reste comme tu es <3
    Je suis contente d'avoir découvert ton blog aussi 😉
    A bientôt'

    1. lily dit :

      Merci pour ton petit mot ! ça me touche de voir qu’on a ces petits points communs ^^
      Je suis heureuse que mon article t’ait plu 🙂
      Bisous

  5. Bénédicte D. dit :

    Chère Lily,
    Tes cheveux sont superbes, ils sont épais, tu en as beaucoup et ils frisent (des femmes vont chez le coiffeur pour obtenir le même effet), j’avais des copines à la fac qui mettaient de l’huile d’olive une heure avant de se les laver et leur chevelure étaient magnifiques (elles venaient de Madagascar ou des îles, comme toi) – Tu es bronzée, des personnes font des UV ou mettent des autobronzants (comme moi) pour obtenir une si belle couleur de peau et en plus, tu te connais et tu sais bien t’arranger !!!
    Tes tenues te vont bien et tu as l’air gentille – je me souviens de ta photo avec ton petit chien et « Chéridou » – Ta famille doit te manquer parfois –
    Pour les personnes qui t’ont fait des réflexions, elles ne sont pas très adroites – c’est le moins qu’on puisse dire – il faut leur dire que toi, tu les trouves beau tes cheveux, comme tu as fait – et là, elles ne seront plus quoi dire !!! (ce qui s’est produit)
    J’ai 50 ans – je vieillis et non, cela n’est pas toujours marrant mais je suis très coquette, très passionnée de crèmes, de sérums et de maquillage comme toi alors je me dis allons-y !!!
    Tes cheveux sont très beaux, ta peau est très belle et toi-même tu es très belle – Tes vêtements te vont bien – Tu aimes le maquillage, tu aimes les crèmes, les trucs de fille – C’est super tout ça – tu sais dans mon cœur j’ai toujours 25 ans !!!
    Plein de bisous,
    Bénédicte

    1. lily dit :

      Bonjour Bénédicte,
      Waouh, je suis extrêmement touché par ton message <3 ça me va droit au coeur !
      J'ai mis très longtemps à accepter la véritable nature de mes cheveux et aujourd'hui je suis fière d'arriver enfin à les aimer comme ils sont !
      Ma famille et mon île me manquent énormément ! J'y pense chaque jour ! Je suis très fière de l'endroit d'où je viens. Le métissage de mon île m'a offert une véritable ouverture d'esprit que je continue à cultiver aujourd'hui. Je suis d'un naturel sensible. Forcément, les mots et le regard des autres m'ont souvent blessé. Je n'étais pas armé pour pouvoir y faire face mais à force de persévérance j'ai réussi à me détacher. Le chemin a été long mais je suis fière des kilomètres parcourus ^^ Je me sens prête à être pleinement moi-même. Pour moi, c'est la clef pour commencer à être entièrement heureux. La vie est trop courte pour se perdre dans cette sphère de négativité. Continue à cultiver ta jeunesse d'esprit, c'est ta plus belle force ! Gros bisous à toi !

  6. Myrtilla dit :

    Quel bel article ! Je me reconnais un peu dans ce que tu dis. Déjà je ne fais pas mon âge, tout le monde est surpris d’apprendre que j’ai 27 ans, on m’en donne toujours 5 en moins, au moins. Mais j’aime bien paraître plus jeune, d’un côté, car je me dis que quand j’aurais 40 ans, j’en paraîtrai peut-être 30. Mais d’un autre côté je travaille avec des parents et j’espère qu’ils ne pensent pas que je suis juste une « gamine » vu ma jeune apparence. Et comme toi j’aime mes jeans et converses ! 😀 (bon maintenant je ne peux plus vraiment en porter car j’ai trop mal aux pieds 🙁 ) Et j’ai toujours eu des problèmes avec les autres… j’ai très souvent l’impression de ne pas être appréciée. Et comprise. Surtout par ma famille en fait. Puis bien que j’ose aller vers les autres et que je sois assez sociale finalement, je n’aime pas les fêtes, les grands groupes, finir tard ou sortir en boîte. Comme toi je préfère avoir peu d’amis mais de qualité et rester tranquille à la maison. En tous cas j’aimerais beaucoup te rencontrer, t’as l’air vraiment super chouette ! 🙂
    Et n’oublie pas, quoi que l’on dise ou fasse, il y aura toujours quelqu’un pour nous critiquer. Toujours. Alors autant faire ce qu’il nous plaît 😉

    1. lily dit :

      Merci beaucoup Roberta <3 <3 <3
      J'avais pu remarquer à travers tes articles qu'on avait déjà pas mal de points communs mais là ça se confirme vraiment hihi 🙂
      Je serais ravie de pouvoir te rencontrer un jour ! Avec mon mari, on aimerait beaucoup visiter la Suisse ! J'espère que ça se fera un jour et si c'est le cas, je ne manquerais pas de te contacter pour qu'on se rencontre, ce serait vraiment avec grand plaisir !
      Je lis tes articles depuis plusieurs années maintenant et ça me ferait trop plaisir de te connaître et d'échanger avec toi !
      Je te fais de gros bisous !!!

  7. Coucou ma Lily d’amour, tu vas bien ? Tu as passé un bon week-end ? Pour ma part, je suis partie me ressourcer un peu en Bourgogne et ce qui devait arrivé en allant là bas et t’arrivé… Je te raconterai ça en privé.
    J’ai lu ton article avec une concentration hors norme. C’est marrant parce que te connaissant archi bien, et étant une amie qui m’est chere dans mon coeur, je te voyais en face de moi. Tu es tellement bien en étant toi même. Oui petite, oui introvertie mais avec un coeur énorme, une joie de vivre immense et un sourire… laisse tomber. Tu es une belle personne telle que tu es ma Lily. J’aime refaire le monde avec toi, parler de tout, de rien, de choses simples. Tu t’affirmes d’années en années mais tu ne changes pas au fond. Tu t’acceptes telle que tu es, c’est bien. Tu as réussi à faire un bilan de toi même, ce n’est pas donné à tout le monde et c’est beau, félicitations. En tout cas sache une chose, je t’aime comme tu es alors reste ma petite Lily d’amour à moi 🙂
    Très bel article ma chérie, et en plus au final, il n’en découd que du positif 😀
    Bisous bisous, je t’aime fort, passe une bonne soirée <3

    1. lily dit :

      Coucou ma Carole chérie <3 ça va bien ! J'espère que toi aussi ! Comme ça me fait plaisir de te relire par ici 🙂
      Tes mots me vont droit au coeur ! Tu me connais tellement bien ! Tu sais, notre amitié y est pour quelque chose dans ce cheminement que j'ai eu de vouloir être pleinement moi-même. Ce sont nos conversations sur les cheveux bouclés qui m'ont notamment aidé à sauter le pas pour les assumer comme ils sont ! Je suis très fière de notre amitié, très fière de connaître une aussi belle personne que toi ! Je suis très honorée de t'avoir eu à mes côtés pour notre mariage. Tu fais partie de ma famille de coeur maintenant. Je t'aime très très fort ma chérie ! Je te fais de gros bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *